Diffusion du documentaire « La Toute Primaire Fois » sur LCP

mai 03, 2012  |   Actualité,Blog,Création,Diffusion Home   |     |   1 Comment
Diffusion du documentaire « La Toute Primaire Fois » sur LCP

 

Le documentaire   « La Toute Primaire Fois »  sur la primaire socialiste sera diffusé sur LCP Assemblée Nationale, coproducteur du film

Dates de diffusion

lundi 7 mai 2012 à 19h30

vendredi 11 mai 2012 à 21h05

dimanche 13 mai 2012 à 01h05

lundi 14 mai 2012 à 15h05

mardi 15 mai 2012 à 19h30

jeudi 17 mai 2012 à 08h35

samedi 19 mai 2012 à 00h30

dimanche 20 mai 2012 à 22h30

Nous espérons que vous serez nombreux au rendez-vous !

Le pitch

16 Octobre 2011. L’élection présidentielle a vraiment commencé le soir de la victoire de François Hollande au second tour de la primaire ouverte et citoyenne du PS. Et cette histoire avait elle-même commencé bien des mois auparavant, au moment de l’entrée en campagne des uns et des autres.

Notre film raconte tout simplement la bataille qui s’est jouée autour de cette initiative politique sans précédent, et qui a mobilisé plus de trois millions de personnes. Un peu en marge de cet évènement surmédiatisé, nous nous sommes glissés, parfois sur la pointe des pieds, comme des enfants espiègles, parfois avec la démarche d’un éléphant, dans l’entourage de François, Martine, Arnaud, Ségolène  et les autres, pour suivre la campagne de l’intérieur, souvent au côté des seconds, ceux qui ont la totale confiance des candidats. Nous avons aussi approché au plus près celui qui sera peut-être le septième président de la Ve République, quand il n’était encore qu’un outsider dans la course à l’investiture. Au fil des séquences, nous avons vu « François » marcher sur les traces de Mitterrand.

 

Extraits

Quelques extraits du documentaire, avant sa diffusion sur LCP.


François Hollande, rencontre avec les blogueurs par EnfinBrefProd


Arnaud Montebourg à Toulouse par EnfinBrefProd


Stéphane Le Foll commente le premier tour des… par EnfinBrefProd

 

Entretien avec Jeremy Sahel

Auteur-réalisateur du documentaire « Toute primaire fois »

Quel est l’intérêt de revenir dans un documentaire sur la primaire PS au lendemain de l’élection présidentielle?

Jeremy Sahel – La primaire a été le point d’impulsion de la campagne présidentielle de François Hollande, qu’il gagne ou qu’il perde le 7 mai.  Diffuser ce documentaire au lendemain de l’élection présidentielle est donc logique, c’est un élément de remise en perspective. Par ailleurs, cette grande première dans la vie politique française a marqué l’année 2011. Avec Samir Tounsi, co-auteur et journaliste à l’AFP, nous avons commencé à nous y intéresser dès le mois de septembre 2009, quand les militants ont ratifié le principe de la primaire par un vote. Il était important de regarder à tête reposée toute cette matière accumulée pendant près de deux ans. Le monteur Davy Zylberfajn a fait un travail remarquable pour que nous puissions dégager du sens. Notre diffuseur, la Chaine parlementaire (LCP), nous a laissé une liberté totale pour le montage et le style de la narration. Nous avons pris cette liberté comme une exigence.

Comment avez-vous fait pour suivre cinq des six candidats en campagne ? Observiez-vous chacun avec la même distance ?

J.S. – Il est très difficile de trouver la bonne distance : des liens se nouent inévitablement, et pas forcement avec ceux qui nous ont le plus laissé filmer d’ailleurs. Chaque semaine, en recevant l’agenda des candidats, nous devions définir des priorités, nous coordonner avec leur entourage, et parfois ponctuellement constituer deux ou trois équipes de tournage. Avec les candidats eux-mêmes, nous avons eu très peu d’échanges, le but étant qu’ils oublient ma présence.

Vous avez voulu plonger dans l’intimité des Etats-majors : comment avez vous été accueilli par les équipes des différents candidats?

Nous avons été bien reçus chez Arnaud Montebourg et François Hollande, poliment chez Ségolène Royal et Manuel Valls, et nous avons été éconduits respectueusement chez Martine Aubry tout comme au Parti socialiste avec qui je pense il y a eu un malentendu sur nos intentions.

Personne ne nous a fait confiance aveuglément, mais une fois la relation de confiance établie il était beaucoup plus facile de travailler. Personne n’a demandé un droit de regard sur le film. Cela dit quand je revois « Paris à tout prix » d’Yves Jeuland  (2001), je mesure le changement opéré dans l’entourage des personnalités politiques. On y gagne en professionnalisme mais on y perd beaucoup en spontanéité ce qui est dommage pour notre métier de documentariste. D’où l’importance de choisir des bons personnages comme Stéphane Le  Foll qui se comportent de la même manière avec ou sans caméra.

Quelles sont vos références en matière de documentaire politique?

Yves Jeuland, Jean-Louis Comolli, Raymond Depardon… Chacun a prouvé qu’il n’y avait pas qu’une manière de filmer la politique, et qu’un regard singulier était toujours possible. Au début du tournage, je ne savais pas si le film serait avec ou sans voix-off, avec ou sans interviews et puis les choix se sont faits assez rapidement puisque j’ai souhaité filmer la rencontre avec les électeurs.

Vous avez co-écrit le film avec un journaliste politique : qu’est-ce que la forme documentaire apporte de plus au suivi d’un rendez vous politique?

Contrairement à un travail journalistique, nous n’avons aucune obligation de neutralité et nulle obligation de nous montrer exhaustif. Nous avons pu jouer sur les longueurs et les raccourcis, ce qui nous permet de donner à voir plutôt que d’expliquer. Par exemple, nous avons quasiment éliminé au montage l’université d’été de La Rochelle 2011 : nous avons constaté sur place que tout avait été fait pour qu’il n’y ait pas de débat et de confrontation.

A propos de raccourci, vous ne vous attardez pas sur l’affaire DSK…

On y fait allusion en début de film, mais on a décidé d’évacuer l’affaire DSK dès le début, puisque le vrai match commence après, avec le changement de statut de François Hollande et les déclarations de candidature de Martine Aubry et Manuel Valls. Nous avons surtout voulu voir comment les candidats ont réussi, ou raté, leur campagne.

Quels sont vos projets?

Nous aimerions suivre des candidats issus de la diversité pendant les élections législatives. Je développe aussi une websérie humoristique pour France télévisions sur l’univers de la presse. Je me penche aussi sur un projet de  documentaire sur l’entre-deux tours mais je ne peux pas en dire plus pour le moment.

 

Credit photo: Margot L’hermite

Bookmark and Share

1 Trackback or Pingback for this entry









Related Posts